Pages Menu
Categories Menu

Vins suisses: le souhait d’une année 2019 moins productive

Une triste nouvelle: président honoraire de l’Office des vins vaudois (OVV), Pierre Keller est décédé en ce début du mois de juillet, le 7, quelques mois après avoir remis son mandat.

Voici venu le temps des «Sélections» des vins à Neuchâtel, Genève et Vaud. Dans les têtes de série du Mondial du Chasselas, j’ai fait mon choix, en plus du commentaire des résultats, proclamés hier, vendredi.

On sait désormais que ce sera le président de l’interprofession du vignoble et des vins de Genève, l’ancien conseiller d’Etat Robert Cramer, qui va prendre la présidence du conseil d’administration de Swiss Wine Promotion SA. Il succède au Fribourgeois P.-A. Morard. Le Vaudois Nicolas Joss a été nommé directeur. Les caves ouvertes ont été l’occasion de découvrir un millésime 2018 riche en quantité et en qualité. 

La Suisse a même été le recordman des pays de l’OIV qui a le plus augmenté sa production entre 2017 (historiquement basse) et 2018 (où le vignoble suisse a produit exactement une bouteille de 75 cl par mètre carré de vignoble!). Les Vaudois ont, du reste, décidé de serrer la vis préventivement pour 2019. Les Valaisans ont suivi le 25 juin pour les raisins AOC: si les Vaudois ont réduit la production de leur chasselas, le fendant valaisan reste à 1,4 kg/m2. Le quota des autres blancs a été fixé à 1,1 kg. Celui des autres rouges à 1 kg/m2. Trois cépages font exception: le Johannisberg (1,2 kg), le Pinot noir (1,08 kg) et le Gamay (1,07 kg). L’interprofession de la Vigne et du Vin du Valais (IVV) donne aussi des «prix indicatifs» de la vendange à venir. Ils vont de 3,20 fr. le kilo de chasselas et de gamay à 5,40 fr. le kilo de petite arvine et de cornalin (païen, 5,20 fr, humagne rouge, 4,90 fr., pinot noir 3,36 fr.).

Et puis, personne ne peut l’ignorer, de la mi-juillet à la mi-août, Vevey connaîtra sa Fête des Vignerons et ses joies annexes. Aura-t-elle sa raison d’être, comme jusqu’ici, dans vingt ans? C’est la question posée pour la revue du Guillon, en marge du rôle des «vignerons-tâcherons», les véritables vedettes célébrées par cette manifestation hors du commun, inscrite au Patrimoine immatériel de l’humanité.

Mondial de la Syrah, Mondial du Merlot, Lauriers de Platine rouges Terravin et Decanter Awards: n’en jetez plus! La distribution printanière de médailles d’or, par les liens ci-devant… Récemment, j’ai vécu, entre Aigle et Leysin, le seul Concours Mondial de Bruxelles sous un peu de neige, sur les 26 éditions du concours (21 où j’étais présent, dont une quinzaine comme président de jury). Les résultats sont connus: la Suisse n’a jamais remporté autant de «grand or» (sept!) ni d’or (7 x plus, soit 50!) et 115 médailles d’argent dans un grand concours international: le haut du palmarès est détaillé ici. On dit les vins de 2018 très «panachés», d’une région et d’un producteur à l’autre…

On sait qu’il faut se méfier des années annoncées d’entrée remarquables et qui doivent se juger à la longueur du temps, comme le fait la Mémoire des vins suisses (MDVS), avec ses distinctions sur le millésime qui a dix ans (cette année, le 2009: les meilleurs vins sont commentés ici). A la MDVS, une nouvelle génération paraît, comme dans toutes les régions du pays: lire mon article paru ce vendredi 3 mai dans le magazine Agri. La première vague de «ceux qui avaient fait Changins» cèdent, petit à petit, leur place à leurs enfants, et restent souvent actifs dans leur domaine familial, comme dans le Grisons. Et il y a de plus en plus de «filles de…» et d’«artisanes de la vigne et du vin» : ces dernières seront les vedettes et marraines de la Semaine du goût, du 12 au 22 septembre 2019

La Suisse, dans le sillage de la Fondation du Goût, lance, à l’image de la France, ses «grands sites du goût».

Retour sur deux voyages-dégustations en mai: la Sicile et la Catalogne, avec un focus sur deux régions d’altitude qui…montent en puissance et renommée: les vins volcaniques de l’Etna et les crus nés sur les schistes du Priorat. Pour le site les5duvin, dont je suis un invité régulier, j’ai brossé une comparaison — osée! — de ces deux régions. L’histoire ancienne me donne raison: durant quatre siècles, Sicile et Catalogne étaient réunies sous la Couronne d’Aragon… Et le reportage détaillé sur les vins de l’Etna, avec les notes de dégustation de mes vin préférés.

Et puis, on est allé voir du côté d’Orvieto comment les vins blancs secs italiens résistent (ou pas…) au succès du Prosecco. La meilleure région de production, DOCG de Conegliano et Valdobiadene, après cinq ans de purgatoire, vient d’être admise au Patrimoine mondial de l’UNESCO, comme avant elle Lavaux et son vignoble en terrasse, la vallée du Douro ou le bourg de Saint-Emilion, entre autres.

Bon été!

Pierre Thomas

©thomasvino.ch